Les pertes alimentaires dues au changement climatique dépassent 12 000 milliards de dollars

2023-10-15 2023-10-15T14:20:53Z
طقس العرب
طقس العرب
فريق تحرير طقس العرب

Météo en Arabie - L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a rapporté dans un rapport publié vendredi que les pertes de récoltes et de bétail au cours des trente dernières années ont été estimées à environ 3,8 billions de dollars à la suite d'événements catastrophiques, qu'ils résultent de catastrophes naturelles ou catastrophes résultant d’une intervention humaine. Ce montant équivaut à une estimation moyenne de 123 milliards de dollars de pertes par an, soit 5 % du PIB agricole mondial par an.

L'impact des catastrophes sur l'agriculture et la sécurité alimentaire

Ce nouveau rapport majeur de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), « L'impact des catastrophes sur l'agriculture et la sécurité alimentaire », représente la première évaluation mondiale axée sur l'estimation de l'impact des catastrophes sur la production agricole, en mettant l'accent sur cultures et élevage.

Le rapport note également que ces chiffres pourraient être plus élevés s'il existait des données régulières sur les pertes dans d'autres sous-secteurs tels que la pêche, l'aquaculture et la foresterie. Il souligne l’importance d’améliorer la qualité des données et de fournir de toute urgence des informations sur l’impact des catastrophes sur tous les sous-secteurs agricoles, afin de créer des systèmes de données robustes qui représentent la base sur laquelle des actions efficaces et des orientations stratégiques peuvent être fondées.

Le changement climatique et les catastrophes menacent la sécurité alimentaire

Dans l'introduction du rapport, le Directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a souligné l'importance de l'agriculture en tant que secteur fortement tributaire des ressources naturelles et des conditions climatiques, ce qui en fait l'un des secteurs les plus vulnérables aux risques de catastrophe. Il a souligné que les catastrophes récurrentes pourraient annuler les progrès réalisés dans le domaine de la sécurité alimentaire et menacer la durabilité des systèmes agricoles et alimentaires. Il a noté que ce rapport s'appuie sur l'expertise technique de la FAO et met en évidence les opportunités permettant de faire face efficacement aux risques dans les systèmes agricoles et alimentaires, et présente des méthodes qui peuvent être utilisées pour intégrer la gestion des risques de catastrophe dans les pratiques et politiques agricoles.

Les pays à faible revenu sont plus touchés par les catastrophes

Le rapport montre qu’au cours des 30 dernières années, les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur ont subi la plus grande part des pertes relatives, s’élevant jusqu’à 15 % de leur PIB agricole dues aux catastrophes. Les catastrophes sont définies ici comme une perturbation grave du fonctionnement d'une communauté ou d'une communauté. Les catastrophes ont également eu un impact significatif sur les petits États insulaires en développement, avec des pertes dans ces États s'élevant à environ 7 % de leur PIB agricole.

Les cultures sont menacées en raison des catastrophes et des changements climatiques

Le rapport indique également que les pertes liées aux grands groupes de produits agricoles continuent d'augmenter. Les pertes céréalières ont été en moyenne de 69 millions de tonnes par an au cours des trois dernières décennies, soit l'équivalent de l'ensemble de la production céréalière française en 2021. Elles sont suivies par les cultures fruitières, maraîchères et sucrières, avec des pertes moyennes approchant chacune 40 millions de tonnes par an. Concernant les fruits et légumes, les pertes sont équivalentes à la production totale de fruits et légumes du Japon et du Vietnam en 2021.

La viande, les produits laitiers et les œufs enregistrent des pertes moyennes de 16 millions de tonnes par an, ce qui équivaut à la production combinée de viande, de produits laitiers et d'œufs du Mexique et de l'Inde en 2021.

Variation des pertes causées par le changement climatique entre les pays

Les pertes mondiales présentent des variations significatives selon les régions, sous-régions et groupes de pays. L’Asie a été considérablement touchée par l’essentiel des pertes économiques globales. L’Afrique, l’Europe et les Amériques ont également montré un ordre de grandeur similaire. Toutefois, les pertes en Asie ne représentaient qu’environ 4 % de la valeur ajoutée agricole, alors qu’en Afrique elles représentaient près de 8 %. Les fluctuations entre sous-régions étaient encore plus importantes.

Il convient de noter que les pertes en termes absolus ont été plus élevées dans les pays à revenu élevé, à revenu intermédiaire inférieur et à revenu intermédiaire supérieur. Toutefois, c’est dans les pays à faible revenu, notamment les petits États insulaires en développement, que les pertes en termes de valeur ajoutée agricole sont les plus répandues.

De 100 catastrophes à 400 catastrophes chaque année

Ces informations montrent que la fréquence des catastrophes catastrophiques a augmenté depuis les années 1970, où il y avait environ 100 événements par an, à environ 400 événements par an au cours des deux dernières décennies. Le rapport note que ces catastrophes ont augmenté en fréquence, en gravité et en complexité, mais que leurs effets devraient également s'aggraver en raison des impacts croissants des changements climatiques et environnementaux sur les aspects sociaux et économiques.

Le rapport souligne que les risques, lorsqu’ils apparaissent, peuvent avoir des impacts qui touchent plusieurs systèmes et secteurs. Les facteurs sous-jacents des risques de catastrophe et du changement climatique comprennent la pauvreté, les inégalités, la croissance démographique accrue, les urgences sanitaires résultant de pandémies, les pratiques d’utilisation et de gestion non durables des terres, les conflits armés et la dégradation de l’environnement.

Les catastrophes peuvent entraîner des déplacements de population

L’ampleur des pertes et des dommages résultant des catastrophes dépend de l’interaction de l’aléa avec les facteurs de vulnérabilité et de risque déjà en place, ainsi que du lieu où cette interaction se produit et de la taille des actifs ou des moyens de subsistance menacés.

Dans les cas extrêmes, les catastrophes entraînent le déplacement des populations des zones rurales et leur migration vers d’autres régions. Par exemple, des inondations majeures résultant de pluies de mousson anormales dans la province du Sind, dans le sud du Pakistan, illustrent comment divers aléas lents et soudains peuvent entraîner des déplacements et donc un impact négatif sur les systèmes alimentaires et une insécurité alimentaire accrue.

L'agriculture est en danger et a besoin d'un plan stratégique pour lutter contre les catastrophes et le changement climatique

Les agriculteurs, en particulier les petits exploitants qui dépendent de la pluie pour leur agriculture, comptent parmi les acteurs les plus vulnérables des systèmes agricoles et alimentaires touchés par les catastrophes, et ils supportent de manière disproportionnée le poids des conséquences des catastrophes. Aider les petits exploitants agricoles à adopter de bonnes pratiques agricoles qui réduisent les risques de catastrophe au niveau de l’exploitation peut contribuer à éviter les pertes et à accroître leur capacité d’adaptation et leur résilience. Investir dans de bonnes pratiques agricoles pour faire face aux risques de catastrophe pourrait être 2,2 fois plus efficace que les pratiques précédentes sur lesquelles ils s’appuyaient.

Des actions de réponse précoces et opportunes pour faire face aux risques anticipés jouent un rôle crucial dans le renforcement de la résilience en prévenant et en réduisant les risques de catastrophe dans le secteur agricole. Par exemple, des actions proactives mises en œuvre dans plusieurs pays ont montré qu’investir dans la prévention des catastrophes et accroître la capacité d’adaptation peut permettre d’obtenir un rapport bénéfices/coûts favorable.

Le rapport indique que pour les ménages ruraux, chaque dollar investi dans des actions de prévention précoce pourrait générer jusqu'à sept dollars de gains et éviter des pertes agricoles.

Le rapport identifie trois principaux objectifs d’action :

  • Améliorer la qualité des données et des informations sur les impacts des catastrophes sur divers secteurs agricoles, notamment les cultures, l'élevage, la pêche, l'aquaculture et la foresterie.
  • Développer et adopter une approche multisectorielle et multirisque pour réduire l’impact des catastrophes et étendre ces approches aux politiques et programmes d’action à tous les niveaux.
  • Promouvoir les investissements visant à renforcer la capacité d’adaptation et la résilience, ce qui contribue à réduire les risques de catastrophe dans le secteur agricole et à améliorer la production agricole et le niveau de vie.


Source : skynewsarabia

Cet article est rédigé à l'origine en arabe et a été traduit à l'aide d'un service automatisé tiers. ArabiaWeather n'est pas responsable des éventuelles erreurs grammaticales.
Plus
Les nouvelles connexes
Le changement climatique fait perdre 65 % du volume de glace alpine

Le changement climatique fait perdre 65 % du volume de glace alpine

Les contradictions de la Russie : pour ou contre le changement climatique ?

Les contradictions de la Russie : pour ou contre le changement climatique ?

Heures de jeûne du Ramadan 2024-1445 à Abu Dhabi - EAU et nombre d'heures de jeûne pendant le Ramadan 2024 à Abu Dhabi

Heures de jeûne du Ramadan 2024-1445 à Abu Dhabi - EAU et nombre d'heures de jeûne pendant le Ramadan 2024 à Abu Dhabi

Heures de jeûne du Ramadan 2024-1445 à Dubaï - Émirats arabes unis et nombre d'heures de jeûne pendant le Ramadan 2024 à Dubaï

Heures de jeûne du Ramadan 2024-1445 à Dubaï - Émirats arabes unis et nombre d'heures de jeûne pendant le Ramadan 2024 à Dubaï