Étude : La température dans la ville de Riyad peut être réduite de 4,5 degrés

2024-02-22 2024-02-22T21:53:24Z
طقس العرب
طقس العرب
فريق تحرير طقس العرب

ArabiaWeather - La stratégie révélée par l'équipe internationale de chercheurs dans la nouvelle étude scientifique est considérée comme une étape importante vers la réduction de la chaleur dans les grandes villes au climat désertique chaud. Grâce à l'utilisation de revêtements réfléchissant la lumière et à la plantation d'espaces verts irrigués, des effets positifs sur les températures dans les villes sont obtenus, réduisant ainsi le réchauffement climatique et améliorant la qualité de vie dans ces zones urbaines.

Cette étude est la première du genre à aborder sérieusement l'application de technologies innovantes pour réduire la chaleur dans les villes chaudes, et offre une solution prometteuse aux défis auxquels ces villes sont confrontées face à la hausse des températures et à leurs effets néfastes sur l'environnement et la santé publique. . Dans ce contexte, la coopération des universités et des instituts de recherche avec les autorités locales apparaît efficace pour développer des solutions durables aux défis environnementaux mondiaux.

Phénomène d’îlot de chaleur au sein des villes

Un dessin du phénomène d'îlot de chaleur au-dessus des grandes villes (Université du Michigan)

Un dessin du phénomène d'îlot de chaleur au-dessus des grandes villes (Université du Michigan)

Certaines études ont montré, selon un rapport publié sur Earth.org, que l'effet d'îlot de chaleur peut entraîner une augmentation des températures urbaines jusqu'à 7°C le jour et 12°C la nuit par rapport aux zones rurales. Cette hausse des températures peut entraîner une détérioration de la qualité de l’air et une augmentation de la concentration d’ozone troposphérique ainsi que d’autres polluants.

On estime que la chaleur urbaine extrême touche plus de 450 villes dans le monde, augmentant la demande de consommation d’énergie et ayant un impact négatif sur la santé publique, entraînant une augmentation des taux de morbidité et de mortalité liées à la chaleur.

Dans la capitale saoudienne, Riyad, les températures maximales dépassent 50 degrés Celsius en été, ce qui en fait l'une des villes les plus chaudes au monde. La combinaison d’une urbanisation rapide et du changement climatique entraîne une augmentation des températures, ce qui entraîne une augmentation de la consommation d’énergie et des effets néfastes sur la santé.

Matériaux de surfusion et arbres irrigués pour réduire la chaleur

Certaines études ont montré, selon un rapport publié sur Earth.org, que l'effet d'îlot de chaleur peut entraîner une augmentation des températures urbaines jusqu'à 7°C le jour et 12°C la nuit par rapport aux zones rurales. Cette hausse des températures peut entraîner une détérioration de la qualité de l’air et une augmentation de la concentration d’ozone troposphérique ainsi que d’autres polluants.

On estime que la chaleur urbaine extrême touche plus de 450 villes dans le monde, augmentant la demande de consommation d’énergie et ayant un impact négatif sur la santé publique, entraînant une augmentation des taux de morbidité et de mortalité liées à la chaleur.

Dans la capitale saoudienne, Riyad, les températures maximales dépassent 50 degrés Celsius en été, ce qui en fait l'une des villes les plus chaudes au monde. La combinaison d’une urbanisation rapide et du changement climatique entraîne une augmentation des températures, ce qui entraîne une augmentation de la consommation d’énergie et des effets néfastes sur la santé.

Matériaux de surfusion et arbres irrigués pour réduire la chaleur

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont mené des simulations complètes d'atténuation de la chaleur dans la région d'Al-Masif à Riyad, qui comprenaient l'évaluation de la performance énergétique de 3 323 bâtiments urbains. La simulation comprenait l'expérimentation de 8 scénarios de refroidissement différents, dans le but de déterminer les stratégies optimales pour réduire les températures dans la ville et réduire les besoins énergétiques.

Quartier Al-Masif à Riyad, où les chercheurs ont évalué la performance énergétique de 3 323 bâtiments (Nature)

Selon un communiqué publié sur le site Internet de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud, les modèles - qui reposaient sur l'utilisation de matériaux modificateurs de chaleur développés par les chercheurs ainsi que sur certains types de plantes - ont révélé la possibilité de réduire les températures extérieures de la ville en jusqu'à 4,5 degrés Celsius en été. Les résultats ont également montré la possibilité d'augmenter l'efficacité énergétique utilisée pour le refroidissement jusqu'à 16 %.

Le scénario recommandé pour refroidir la ville de Riyad prévoit d'augmenter le nombre d'arbres irrigués pour plus que doubler leur nombre actuel, dans le but d'améliorer l'effet de l'évaporation de l'eau de ces plantes (transpiration) sur les processus de refroidissement.

La stratégie comprend également l’utilisation de matériaux de surfusion appliqués aux toits des bâtiments. Ces matériaux sont considérés comme un type de revêtements radioactifs apparus ces dernières années. Ils contiennent des matériaux tels que le chrome et le fluor et agissent comme des réflecteurs de lumière.

Une étude précédente menée dans la ville indienne de Calcutta a montré que ces matériaux sont capables de maintenir une température de seulement 25 degrés Celsius lorsque la température ambiante atteint 42 degrés Celsius. De plus, ces matériaux peuvent fournir un refroidissement gratuit ou même un chauffage des bâtiments lorsqu'ils sont utilisés comme composants passifs intégrés dans l'enveloppe du bâtiment, ou comme dispositifs actifs pour assurer un pré-refroidissement et une ventilation gratuits.

Les auteurs de l'étude préviennent que la mise en œuvre inconsidérée de techniques de refroidissement urbain qui ne reposent pas sur des bases scientifiques, comme l'utilisation d'espaces verts non irrigués, pourrait conduire à une augmentation significative des températures urbaines.

Améliorer la qualité de vie et réduire la concentration de polluants

Le professeur Santamores, professeur de sciences à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud et superviseur de l'étude, a confirmé dans une déclaration à Al-Bayan que la mise en œuvre de la bonne combinaison des technologies de refroidissement proposées peut réduire la température ambiante, ce qui améliore la qualité de vie des personnes. la population et réduit les problèmes de santé résultant de la chaleur extrême. Il a expliqué que cette combinaison permet de réduire la concentration de polluants et d'améliorer la productivité humaine. Des recherches antérieures ont indiqué que la mise en œuvre de stratégies de refroidissement similaires dans d’autres villes pourrait contribuer à réduire les décès liés à la chaleur.

La simulation de l'étude a montré l'impact du scénario de refroidissement proposé sur la consommation d'énergie dans tous les bâtiments inclus dans l'étude, et qu'une amélioration de l'isolation des fenêtres et des plafonds pourrait réduire la demande de consommation d'énergie allouée au refroidissement jusqu'à 35 %. Santamores a souligné que cette réduction significative des besoins énergétiques contribuera à réduire les coûts liés au refroidissement dans la ville de Riyad, ce qui améliorera la qualité de vie de ses habitants.

Dans un avenir proche, l'équipe de recherche vise à coopérer avec la Commission royale de Riyad pour mettre en œuvre le plan de réduction de la chaleur, considéré comme le plus grand de ce type au monde.

Source : Al Jazeera

Cet article est rédigé à l'origine en arabe et a été traduit à l'aide d'un service automatisé tiers. ArabiaWeather n'est pas responsable des éventuelles erreurs grammaticales.
Plus
Les nouvelles connexes
Taïf | Encore une fois...des orages accompagnés de pluies d'intensité variable et d'averses de grêle le dimanche 19/05/2024 après JC..Détails

Taïf | Encore une fois...des orages accompagnés de pluies d'intensité variable et d'averses de grêle le dimanche 19/05/2024 après JC..Détails

Vidéo | Entre La Mecque et Taif... températures caniculaires dans les lieux saints et fortes pluies et averses de grêle à Taif

Vidéo | Entre La Mecque et Taif... températures caniculaires dans les lieux saints et fortes pluies et averses de grêle à Taif

Vidéo | Une rare observation d’un château d’eau dans un autre creux au large des côtes du Mexique

Vidéo | Une rare observation d’un château d’eau dans un autre creux au large des côtes du Mexique

Emirats Arabes Unis et le Sultanat d'Oman | Observation d'une masse d'air enflammée accompagnée de températures approchant les 50 degrés Celsius dans les derniers jours du mois de mai...détails préliminaires

Emirats Arabes Unis et le Sultanat d'Oman | Observation d'une masse d'air enflammée accompagnée de températures approchant les 50 degrés Celsius dans les derniers jours du mois de mai...détails préliminaires